Retournement temporel et chambres réverbérantes

Les chambres réverbérantes sont reconnues comme un des milieux de propagation les plus complexes, à tel point qu’il est habituel d’attendre d’elles une diffusion parfaite du champ électromagnétique. Il peut donc apparaître comme paradoxal que les chambres réverbérantes permettent de produire les résultats les plus spectaculaires du retournement temporel, une technique introduite pour contrôler la propagation des ondes, entre autres, dans les milieux complexes.

Nous avons pu démontrer qu’une chambre réverbérante excitée par des signaux définis grâce au retournement temporel peut générer des champs d’une intensité largement plus importante de ceux obtenus par des méthodes classiques. D’une façon plus générale, l’introduction du la technique de retournement temporel généralisé nous a permis de démontrer comment une chambre réverbérante peut se transformer en un véritable synthétiseur de front d’ondes, un dispositif dénommé TREC (Time-Reversal Electromagnetic Chamber). Grâce aux propriétés statistiques des milieux diffusants, une seule antenne est suffisante pour générer des fronts d’ondes provenant de toute direction, alors qu’un espace libre il serait nécessaire de disposer d’un bien plus large nombre d’antennes.

Parmi les différentes applications de ces résultats, nous développons actuellement une approche de type imagerie exploitant la génération d’ondes focalisantes grâce à la TREC. Cette possibilité permet en effet de profiter des propriétés de localisation spatiale de ces ondes, afin de tester localement un dispositif électronique. Le but est d’arriver à imager les positions de couplage maximal à des ondes susceptibles d’interférer avec le bon fonctionnement d’un dispositif.

La TREC

Figure 3 : La TREC, avec son robot hémisphérique à faible perturbation, et la sonde électro-optique.

  La distribution spatiale du champ électrique

Figure 4 : La distribution spatiale du champ électrique (composante horizontale) mesurée dans la TREC, à trois instants autour de la focalisation.

  les positions de couplage maximal à travers d’un blindage métallique

Figure 5 : Un exemple d’image obtenu grâce à la TREC, montrant les positions de couplage maximal à travers d’un blindage métallique (en pointillé).